Etre clown

Pour Michel

Etre clown, prendre le temps, être là tout simplement avec son corps, ses émotions, son regard, son histoire, ses petits gestes spontanés.

Etre là avec sa gêne, l’envie de sortir, le plaisir de jouer et d’entendre rire, faire montrer l’intensité, entendre rire plus fort… et puis plus rien…. Le silence, le moment de sortir, de rebondir, d’appeler au secours l’autre clown là, dans le même état prêt à tout.

C’est un travail à deux, à trois, six, dix, d’écoute où tout est possible. Se laisser porter par le fruit de la rencontre, le savourer ensemble, oser le conflit, décider des ruptures…

Chercher son clown est un chemin passionnant, unique, qui puise au plus profond de chacun de nous toute une richesse, pas toujours belle et gentille, qu’il n’est pas facile de montrer.

Chemin de l’émotion vraie, des passions tendres, cruelles, bestiales ou amicales. Elles renvoient au spectateur cette part de lui-même incontournable, qui même sans le savoir est là, tapie dans le noir, prête à bondir pour le meilleur et pour le rire.

Rire libérateur, fou rire à pleurer, sourire complice ou regard tendre, toute une palette à explorer sans tricher pour découvrir ce clown, le faire naître, lui donner une présence, un langage, une couleur pour enfin le faire vivre… intensément.

Pour Monique

C’est être à l’écoute de soi et des autres; c’est jouer avec ses  émotions ; c’est apprendre à accepter l’échec et à en jouer car le clown est un loser ; c’est mettre de la légèreté dans la vie ; le nez rouge c’est le plus petit masque du monde et pourtant cela donne de la confiance en soi.

Pour Delfine

A mon sens, le clown c’est un personnage avec des mimiques particulières (démarche, caractère, habillement) qui va, au travers de situations cocasses, en jouant avec son environnement et par une expressivité poussée de son corps, faire rire son public !

Pour Sabrina

Le clown joue avec les émotions. Il est lui-même aussi bien seul, qu’avec ses partenaires et bien sûr le public.
Le clown, c’est  » une affaire sérieuse…